A propos de ce blog

C'est durant ma petite enfance que j'ai découvert l’œuvre de Georges Brassens, grâce à mon père qui l’écoute souvent durant les longs trajets en voiture. Sur la route des vacances estivales, j'ai entendu pour la première fois Le Petit Cheval alors que je n'avais que 4 ans. C'était en août 1981. Au fil des années, j'ai découvert bien d'autres chansons. Dès l'adolescence, Georges Brassens était ancré dans mes racines musicales, au même titre que Jacques Brel, Léo Ferré, Barbara et les autres grands auteurs-compositeurs de la même génération. M’intéressant plus particulièrement à l’univers du poète sétois, je me suis alors mis à réunir ses albums originaux ainsi que divers ouvrages et autres documents, avant de démarrer une collection de disques vinyles à la fin des années 1990. Brassens en fait bien entendu partie. Cet engouement s’est accru au fil du temps et d’évènements tels que le Festival de Saint-Cyr-sur-Morin (31/03/2007) avec l’association Auprès de son Arbre. A l’occasion de la commémoration de l’année Brassens (2011), j’ai souhaité créer ce blog, afin de vous faire partager ma passion. Bonne visite... par les routes de printemps !

J'ai rendez-vous avec vous

"Chaque fois que je chante une chanson, je me fais la belle." Georges Brassens

vendredi 6 avril 2018

A la dame de mes pensées...

Du 01/01 au 10/01/1965, Georges Brassens fut à l’affiche de Bobino. C’est à cette occasion qu’un soir durant la première partie, André Sallée, qui eut officié à Radio Luxembourg, se trouva dans les coulisses afin de l’interviewer. Si la controverse suscitée par Les deux oncles, encore toute fraîche, continua de battre son plein, le sujet fut éludé volontairement par le sétois moustachu.

Georges Brassens: "Les journalistes, certains journalistes, tu les connais, ils sont capables de te demander si tu préfères la chemise de nuit au pyjama. De soudoyer tes familiers, afin qu’ils dévoilent tes secrets d’alcôve. Il n’en est pas un qui m’ait posé la seule question à laquelle je pouvais répondre : "Dormez-vous volontiers avec une personne du sexe opposé ?"… Parce que, pour eux, seul compte le mot "coucher". Dormir, ça ne les émoustille pas. Ma réponse aurait été: "Je n’y tiens pas." Je "couche", bien sûr, et, d’ailleurs, ça ne regarde personne, que ce soit fredaine ou tendresse. Mais je dors généralement seul: je n’ai pas envie de partager avec qui que ce soit mes maigres heures de sommeil. Certains sont rassurés par le fait d’avoir, la nuit, à leurs côtés, une sorte de chaleur complice. L’été, c’est déjà moins supportable. En toute saison, ça me gêne: je déteste que l’on me voie roupiller, et le reste. Je n’ai pas envies des haleines et tracasseries nocturnes. Je ne veux surtout pas contraire un être que je respecte avec mes insomnies, si je bouge ou si, crispé sur le matelas, je tente de ne pas remuer. La nuit est un espace de liberté à respecter. Il est, d’ailleurs, bien affligeant de constater que l’on ne puisse en dire autant du jour." [Sallée A.
- Brassens - p. 158]

mercredi 28 mars 2018

Jean-Sébastien Bressy à Bois Baudry (77)

On l'avait déjà vu et entendu à Bois Baudry (77), mais en tant qu'accompagnateur d'Eric Nicol qui chantait Sergio. C'est seul, derrière le piano, mais aussi derrière un micro, que vous le découvrirez le samedi 7 avril prochain... Jean-Sébastien Bressy (dont le prénom et les initiales sont forcément évocateurs, pour un pianiste) écrit, compose et chante ses propres sentiments, ses propres révoltes, ses propres fulgurances depuis l’age de treize ans. Professionnel depuis 1996, il a enchaîné près de 1000 prestations jusqu’à ce jour, avec à son actif trois albums ainsi qu'un disque enregistré en public à Avignon. Épris des poèmes de Rimbaud et Baudelaire, il possède le répertoire des plus grands sur le bout des lèvres... et des doigts : Georges Brassens, Jacques Brel, Serge Lama, Jean Ferrat, Léo Ferré, Renaud... Ces maîtres de la chanson française l’inspirent ainsi tout au long de son travail de composition, mais aussi sur scène.

Jean-Sébastien propose ainsi un tour de chant composé de chansons personnelles émouvantes, drôles, parfois graves mais toujours relevées d’une pointe d’humour attendrissante. Sa présence capte l’auditoire et la virtuosité de son jeu sert remarquablement la finesse des textes chantés.

jeudi 15 mars 2018

Jean-Michel Caradec: "Je suis enfant supranaturel de Charles Trenet et de Bob Dylan."

Si l’auteur-compositeur-interprète morlaisien se définit ainsi en hommage à ceux qui furent à l’origine de sa vocation, il compta d’autres artistes au nombre de ses inspirateurs : Gilbert Bécaud, Georges Brassens, Léo Ferré, Claude Nougaro… Un rapprochement intéressant avec le poète sétois se dessine dès lors que l’on se souvient que le Fou chantant fut également l’idole de ce dernier.

Quant à Dylan, son œuvre fit l’objet d’analyses de citations dans une étude sur Brassens que Marco D’Eramo publia en 1975 dans le second volume de la revue Cultures (Presses de l’UNESCO): La parole contestataire: Brassens et Dylan. Jean-Michel Caradec fit régulièrement des clins d’œil musicaux à celui qui reçut les surnoms de Lucky puis Boo Wilbury (au sein du supergroupe fondé en 1988 par George Harrison: The Traveling Wilburys). Si son album Parle-moi (RCA 37326), paru en 1979, tient lieu d’exemple particulier,
Ma petite fille de rêve, Pas en France, Ma Bretagne quand elle pleut, conciliant poésie et accords folk, sont également des chansons à inflexions dylaniennes (la seconde constitue même un hommage) telles qu'il fut le premier à en introduire en France. Il est important de noter qu’il s’essaya également à des traductions/adaptations de chansons de Bob Dylan, comme par exemple Masters of War tiré de l’album The Freewheelin' Bob Dylan (Columbia CL 1986), paru le 27/05/1963. Mais ces tentatives se heurtèrent à une complexité tant littéraire que musicale d’obtenir des transcriptions fidèles. Caradec l’expliqua dans l’émission A propos du concert de Bob Dylan, animée par Dominique Guillot et diffusée sur France Inter quelques jours après la performance de Dylan au stade olympique Yves-du-Manoir, à Colombes, le 23/06/1981, à laquelle l’auteur-compositeur de Ma petite fille de rêve assista en qualité de reporter.

jeudi 1 mars 2018

10èmes Brassensiades de Pirey (25)

L'association L'Amandier nous donne rendez-vous aux 10èmes Brassensiades de Pirey (25), les 23, 24 et 25 mars 2018. Concerts, expositions et animations marqueront ces trois journées qui mettront à l'honneur Thierry Riou et son trio L'air du temps, Michel Maestro, Malo, Michel Sadanowsky ainsi qu'Annick Roux et Yves Uzureau avec leur spectacle Ces chansons qui sont nées quelque part....

Pour plus de renseignements sur la manifestation, consultez le programme ainsi que les informations pratiques sur le site l'association L'Amandier !

mercredi 28 février 2018

Michel Boutet: concert à Bois Baudry (77)

Amis de la chanson française, voici une nouvelle date à ne pas rater : le samedi 10 mars, Michel Boutet sera à Bois Baudry (77), au salon pour distiller sa poésie et sa musique ! La ballade de Jean-Guy Douceur, c'est un voyage qui commence, au hasard, en Poitou. Notre "héros" s'en va vers le Grand Nord, sur les traces de Jack London, et arrive facilement... à Roubaix ! Mais au prix de quelques détours, il fait de belles rencontres : un inventeur d'étoiles au Québec, une "Leïna" qui cherche des odeurs de sel, l'accordéon qui joue dans "Amsterdam", un habitant de Kanakie souhaitant mourir au ralenti, et des marins d'eau douce qui n'ont jamais vu "les Atlantiques" mais cultivent avec précaution de belles colères. "Jean-Guy Douceur" voyage en chansons à la recherche de son port d’attache. Michel Boutet, lui, chante en faisant artisanat de son humanité !

jeudi 22 février 2018

10ème Festival Brassens de Coudoux (13)

Du 15 au 17 mars 2018, le 10ème Festival Brassens de Coudoux (13) verra se produire divers artistes dont Michel Maestro, Olivier Lhôte ainsi que le groupe Musaïque, qui seront les invités d'honneur et enchanteront le Théâtre le Petit Duc à Aix-en-Provence ainsi que la Salle des Fêtes de Coudoux dès le jeudi 15 mars à partir de 20H !

Georges Brassens, poète d'aujourd'hui

La collection Poètes d’aujourd’hui fut lancée par Pierre Seghers avec pour vocation de rendre la poésie contemporaine accessible au plus grand nombre. Il s'agit de monographies dont le but est de guider les lecteurs dans l’œuvre d’un auteur à travers une étude consacrée à celui-cite, ainsi qu'une sélection de textes. L'ensemble est illustré de diverses photos. C'est un volume consacré à Paul Éluard qui, sorti de l’Imprimerie du Salut public de Lyon, initia la série le 10/05/1944, sous la plume de Louis Parrot. En tout, 270 numéros se succédèrent, dans un petit format presque carré (15,5 cm × 13,5 cm), préfigurant le livre de poche. L'ultime opus, dédié au poète et nouvelliste normand Jude Stéfan (par Michel Sicard), parut en 1994.

Outre ses activités d'éditeur, Pierre Seghers fut lui-même poète et aussi auteur de nombreuses chansons. Parmi ses interprètes: Béatrice Arnac, Simone Bartel, Aimé Doniat, Jacques Douai, Jacques Doyen, Léo Ferré, Juliette Gréco, Serge Kerval, Roger Lahaye, Hélène Martin, Monique Morelli, Marc Ogeret, Catherine Sauvage, Francesca Solleville, Les Trois Ménestrels...

"La chanson est, je crois, plus naturellement partagée. Elle est une activité de l’homme plus directement sensuelle, où la parole, le chant, le mouvement sont intimement liés. (…) Ni la cadette, ni l’aînée de la poésie, elle fait partie au même titre que la poésie, du trésor d’une langue."