A propos de ce blog

C'est durant ma petite enfance que j'ai découvert l’œuvre de Georges Brassens, grâce à mon père qui l’écoute souvent durant les longs trajets en voiture. Sur la route des vacances estivales, j'ai entendu pour la première fois Le Petit Cheval alors que je n'avais que 4 ans. C'était en août 1981. Au fil des années, j'ai découvert bien d'autres chansons. Dès l'adolescence, Georges Brassens était ancré dans mes racines musicales, au même titre que Jacques Brel, Léo Ferré, Barbara et les autres grands auteurs-compositeurs de la même génération. M’intéressant plus particulièrement à l’univers du poète sétois, je me suis alors mis à réunir ses albums originaux ainsi que divers ouvrages et autres documents, avant de démarrer une collection de disques vinyles à la fin des années 1990. Brassens en fait bien entendu partie. Cet engouement s’est accru au fil du temps et d’évènements tels que le Festival de Saint-Cyr-sur-Morin (31/03/2007) avec l’association Auprès de son Arbre. A l’occasion de la commémoration de l’année Brassens (2011), j’ai souhaité créer ce blog, afin de vous faire partager ma passion. Bonne visite... par les routes de printemps !

J'ai rendez-vous avec vous

"Chaque fois que je chante une chanson, je me fais la belle." Georges Brassens

dimanche 29 novembre 2015

Joël Favreau - Au petit théâtre du Bonheur

Joël Favreau se produira vendredi 18 décembre à 20H30 à la brasserie-restaurant La Bohème, à Coulommiers (77). Il vous invite également le dimanche 20 décembre à 15H au Petit théâtre du Bonheur (Paris 18e) pour un agréable moment de chanson, de musique, de rires et d'émotions. Il sera accompagné de sa nièce, Marie-Anne, talentueuse violoniste qui chantera également avec lui. Tout au long de son récital, Joël fera quelques clins d’œil à Tonton Georges dont il fut guitariste durant plus de dix ans. Venez nombreux !

dimanche 8 novembre 2015

Georges Brassens, un sétois dans le vent ?

"Et la pop music… Les Beatles ? Quels sentiments vous inspirent ces gens-là, cette musique-là ?"

Cette question que François-René Christiani posa simultanément à Georges Brassens, Jacques Brel et Léo Ferré lors de la fameuse
interview du 06/01/1969 pour RTL a suscité des réponses diverses mais intéressées et intéressantes de la part des trois monstres sacrés de la chanson française. Ce d'autant plus que les liens entre la France et les Beatles se retrouvent aussi bien au sein de l’œuvre de ces derniers qu'au niveau de l'influence de celle-ci sur la vie artistique et culturelle l'hexagone, comme l'explique Eric Krasker dans un dossier consacré au sujet et publié sur le site Yellow-Sub - Toute la vie et l’œuvre des Beatles. Voici la retranscription de leurs échanges:

dimanche 1 novembre 2015

Le Temps ne fait rien à l'affaire: nouvelle édition

Le 20 novembre 2015 verra la réédition de l’intégrale de 2011 Georges Brassens - Le Temps ne fait rien à l'affaire dans un nouveau format à l’italienne 29 x 20 cm. Le contenu sera identique à celui de la version originale dont vous pouvez retrouver le détail via le lien suivant:

> Le Temps ne fait rien à l'affaire

- Cliquer sur l'image pour agrandir -

Ensuès-la-Redonne: 2ème Festival Georges Brassens

Après le succès du premier festival d'Ensuès-la-Redonne (13) en 2014, l'association du Foyer rural en propose une seconde édition qui aura lieu les 13 et 14 novembre 2015 à la salle du Cadran. Vous y retrouverez entre autres Marie d'Epizon, Contreband Jazz, Richard Daumas, Bristrot Brassens, Les trois oncles ainsi que la chorale La clef fredonne. Sans oublier une scène libre et une séance de dédicaces avec Jean-Marc Héran, co-auteur de Brassens - Chansons à la Plume et au Pinceau (2013) avec Jean-Paul Sermonte.

Consultez le programme complet sur: www.foyer-rural-ensues.fr

Les croquants vont en ville...

Pour être libre, l'amour ne peut être que gratuit et doit faire fi des obstacles de classe sociale ou de croyance. C'est ce thème que Georges Brassens développe dans Les croquants, chanson qui est restée relativement à l'écart de la grande popularité (éclipsée par les titres forts de l'époque: Je me suis fait tout petit, Auprès de mon arbre et Marinette), comme le note Didier Agid dans son Brassens (2009).

Dans cette fable en alexandrins, partagée entre ravissement et cruauté, est mise en scène Lisa, jeune femme issue de La chasse aux papillons et dont l'amour ne s'achète pas. Ainsi que l'écrit René Fallet, sa chair de liberté

C'est pour la bouch' du premier venu
Qui a les yeux tendre' et les mains nues...

Dans la fraîcheur de son étreinte, on retrouve, à chaque rencontre:

La première fill'
Qu'on a pris' dans ses bras

Et Brassens y attache du prix, contrairement à la doña Sabine de Guitare, poème de Victor Hugo dont il a tiré Gastibelza (l'homme à la carabine). Celle que le protagoniste compare en beauté à la reine d'Égypte antique Cléopâtre VII Théa Philopator, n'a en effet pas suivi le même chemin:

Sabine un jour
A tout vendu, sa beauté de colombe
Tout son amour
Pour l'anneau d'or du Comte de Saldagne
Pour un bijou;